Bernard Behin

En conclusion

Je reprendrai simplement le message de Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus patronne des petites âmes :


« Les macérations des saints ne sont pas faites pour les petites âmes qui marcheront par la voie d’enfance. Plusieurs s’imaginent que pour plaire à Dieu, il faut s’adonner absolument à des pratiques exagérées de mortification ; alors, le démon les trompe et les fait tomber dans certaines illusions dangereuses. Les mortifications préoccupantes empêchent l’esprit de s’appliquer à Dieu. Partons en guerre contre nous-mêmes dans le domaine spirituel, par l’abnégation, les petites privations ; jetons à Jésus les fleurs de petits sacrifices cachés. Vous trouverez la paix et l’humilité dans ce combat obscur où la nature n’a aucune prise. La Voie de l’enfance spirituelle, c’est simplement le chemin de la confiance et du total abandon. Faites confiance à vos désirs les plus audacieux et donc à Dieu qui en est la source. J’ai remarqué bien des fois que Jésus ne veut pas nous donner de provisions. Il nous nourrit à chaque instant d’une nourriture toute nouvelle ; nous la trouvons en nous, sans savoir comment elle y est. Je crois tout simplement que c’est Jésus lui-même caché au fond de notre pauvre petit cœur, qui agit en nous d’une façon mystérieuse, en nous inspirant tout ce qu’il veut que nous fassions au moment présent. Que votre prière soit spontanée, faites de vos journées une action de grâces ».

 

Un grand moyen : le silence.